Accueil Islam & Coran Que signifie le terme salât ?

Que signifie le terme salât ?

Le terme salat en langue arabe, désigne généralement la prière rituelle, composée d’un certain nombre de gestes et de paroles obligatoires et d’autres recommandés. Ce terme est souvent traduit par le mot français « prière » qui ne le rend qu’imparfaitement.

En effet, le mot français « prière », dans le sens d’invocation, de demande, de requête, est plutôt rendu en langue arabe par le terme de du’â’ qui désigne l’invocation, la supplication. La confusion peut donc s’installer avec la prière rituelle salât concernée.

Cependant, très anciennement, comme le relèvent l’imam Bâjî et d’autres, le terme salat, dans la langue des Arabes, avant l’Islam, voulait aussi dire l’invocation (du’â’), la demande ainsi qu’un autre sens, celui de la miséricorde (rahma).

Il désignera, avec l’Islam, un second sens, la prière rituelle, qui va éclipser le premier sans pour autant le faire disparaître. En effet, à l’exception de quelques versets coraniques (quatre ou cinq), toutes les autres mentions coraniques du terme salat (plus de quatre-vingt-dix) ainsi que ses dérivés (musallûn priants, sallâ prier) désignent la prière rituelle.

De même, les milliers de hadiths renvoient d’abord à ce sens fondamental de l’accomplissement de cette prière rituelle, précédée et accompagnée par des paroles et gestes bien spécifiques.

Salât DANS LE SENS D’INVOCATIONS, DE SUPPLICATIONS

Nous relevons ainsi quelques versets coraniques qui utilisent le mot salat dans le sens de la demande et de l’invocation. Dans le premier, Dieu dit, ordonnant aux croyants :

« Certes, Dieu et ses anges prient (yusallûna) sur le Prophète (paix et salut sur lui) ; ô vous qui croyez, prier (sallû) sur lui et adressez-lui vos salutations.) Coran (Les Coalisés 33/56)

Ibn Kathîr ainsi que Tabarî apportent les explications suivantes pour ce verset :

La prière provenant de Dieu est le fait de louer les grandes qualités du Prophète Muhammad (paix et salut sur lui) auprès des anges. Elle est aussi miséricorde de Sa part pour lui.

La prière de la part des anges est une invocation de leur part pour le prophète (paix et salut sur lui).

Elle est aussi demande de miséricorde, de pardon, de clémence pour lui.

De la part des croyants, elle est une demande de bénédiction pour lui.

D’autres hadiths vont dans le même sens.

 En effet, les Compagnons demandèrent : « Ô Envoyé de Dieu (paix et salut sur lui) nous savons comment te saluer (nusallimu ‘alayka), apprends-nous comment faire la prière pour toi (kayfa nusallî ‘alayka). » Il (paix et salut sur lui) leur dit alors : « Dites : Allâhumma salli ‘alâ Muhammadin… » Abû Dâwûd (830), Muslim (613) et d’autres

Dans la compréhension de cette phrase que l’on peut traduire littéralement (et donc faussement !) par Seigneur, fais la prière sur Muhammad… » Les savants disent que le terme salât utilisé ici prend les diverses significations soulignées plus haut, selon celui qui effectue cette « prière ».

Les Compagnons voulaient donc connaître la forme de l’invocation à utiliser pour le Prophète (paix et salut sur lui), savoir s’il y en avait une spécifique, car de nombreuses formules peuvent être utilisées comme invocations. Il (paix et salut sur lui) leur a donc répondu : « Dites… ». C’est donc de demander à Dieu : « Seigneur, prends sous ta miséricorde Muhammad (paix et salut sur lui) ainsi que ses proches, comme Tu l’as fait pour Ibrâhîm et ses proches. Seigneur, salue Muhammad (paix et salut sur lui) et ses proches, comme Tu l’as fait pour Ibrâhîm et ses proches. »

Dans un second verset, Dieu dit :

(C’est Lui qui prie (yusallî) pour (sur) vous – ainsi que Ses anges – afin qu’Il vous fasse sortir des ténèbres à la lumière ; et Il est Miséricordieux envers les croyants.) Coran (Les Coalisés 33/43)

Les sens suivants du mot salât sont donnés encore par Ibn Kathîr et Tabarî :

Là aussi, la prière de la part de Dieu est le fait de louer les qualités de croyants pieux auprès des anges. Elle est aussi miséricorde de Sa part pour eux.

La prière de la part des anges est une invocation pour ces croyants vertueux. Elle est aussi demande de pardon pour eux.

Dans un troisième verset, Dieu dit : (Prélève sur leurs biens une aumône pour les purifier et les bénir. Et prie pour eux, car tes prières pour eux sont source de quiétude.) Coran (Le Repentir 9/103)

Dans un quatrième verset, Dieu, en parlant de ceux qui s’arment de patience lors des épreuves, dit ce qui signifie: (C’est sur ceux-là que Dieu étendra Sa bénédiction (‘alayhim salawâtun min rabbihim) et Sa miséricorde, et ce sont ceux-là qui sont dans le droit chemin.)Coran (La Vache 2/157)

Dans une traduction littérale, cela donnerait : « C’est sur ceux-là que se feront les prières de leur Seigneur… »

Un nombre restreint de hadiths mentionne cette acception (la demande, la supplication, la requête) du terme salât. En effet, le représentant d’une tribu avait apporté la zakât au prophète (paix et salut sur lui) afin qu’il la distribue. Le Prophète (paix et salut sur lui) dit alors : « Seigneur, pardonne à la famille d’Abî Awfâ. » Bukhârî (1402) et Abû Dâwûd (1356)

Littéralement, le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : « Allâhumma salli ‘alâ âli abî Awfâ. »

‘Asqalânî, explicitant cette « prière » de Dieu, dit que le mot prière dépend du récepteur de ce mot. Ainsi, la « prière » du Prophète (paix et salut sur lui) pour sa communauté est une demande de pardon auprès de Dieu pour elle. Et la « prière » de sa communauté pour lui est une demande à Dieu de le rapprocher de Lui davantage.

D’AUTRES TERMES POUR DESIGNER LA PRIERE « SALAT »

A l’inverse, d’autres termes sont utilisés parfois, dans le Coran ainsi que dans la parole prophétique et celle des Compagnons, pour désigner cette prière rituelle salât :

Parfois, c’est le mot sabbaha et son substantif tasbîh qui la désignent, même si le terme peut être traduit par « glorifier », et, bien entendu, la prière est une des manières de glorifier le Seigneur des Mondes. Plusieurs passages coraniques rendent ce sens.

Parfois, c’est le mot dhikr qui est utilisé à cet escient : (Lorsque l’appel à la prière du vendredi se fait entendre, hâtez-vous de répondre à la prière (dhikr)…) Coran (Le vendredi 62/10)

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici

Articles récents

La signification du terme zakât et son statut juridique

Le mot zakât en arabe signifie la croissance, le profit, l’accroissement, la pureté, l’agréabilité, la fructification, etc. C’est la...

Signification et importance de la Sunna

Le mot sunna désigne en arabe la méthode et la voie. Labîd ibn Rabî’ah dit dans sa célèbre mu’allaqah : « Il est d’une...

La signification de l’Islam

D’un point de vue linguistique, le mot « islam » a de nombreuses acceptions mais presque toutes sont en rapport avec la docilité, la...

Le jeûne du Ramadan

Le mot Siyâm désigne le fait de s'abstenir, de délaisser quelque chose. On parle par exemple de s'abstenir (ou de délaisser le fait)...

Biographie d’Omar Ibn Al Khattab

Il est Omar Ibn al Khattab Ibn Nufayl de la tribu des Banû ‘Adi Ibn Ka’b. Quant à sa mère, elle est...

L’importance de l’alphabet arabe

L’apprentissage de la langue arabe augmente précipitamment en France. La cause principale réside dans une pratique plus assidue du fait religieux en France...

Adam et Eve : leur histoire à travers le Coran

L’histoire d’Adam et Eve est l’une des chroniques les plus connues de l’humanité. Les religions du Livre ont toutes mentionné les débuts...

Les actes obligeant les grandes ablutions

Les actes invalidant (appelées aussi hadath akbar) les grandes ablutions, et donc les obligeant, sont au nombre de cinq :

Qu’est ce que le mauvais œil en Islam ?

Parmi les croyances ancestrales attestées par l’islam, on compte la croyance au mauvais œil. Cette croyance signifie que l’homme, notamment, peut nuire...